Nos lecteurs et nous avons aimé...

Christopher PAOLINI, Eragon

Benjamin, 14 ans

Eragon raconte l’histoire d’un jeune fermier qui un jour, trouve une pierre dans
la forêt. Cette pierre, c’est en fait un œuf de dragon et ce dernier l’emmènera dans une aventure incroyable.


Pourquoi je le conseille : J’ai bien aimé ce livre car il nous plonge dans un univers bourré d’action et de fantaisie. L’histoire est longue (4 tomes d’environ 700 pages chacun) mais géniale. Je le recommande à toutes les personnes qui aiment la fantaisie, l’action et l’aventure

Raphaël CONFIANT, Rue des Syriens

 

Danièle, 57 ans

 

Livre écrit par un auteur créole sur les arabes arrivant en Martinique à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle. Les arabes étaient alors désignés sous le nom générique de "Syriens".  On suit l'histoire de Wady qui débarque à Fort-de-France en 1920 à la recherche de son oncle et qui va rencontrer une série de personnages haut en couleur.
Très beau roman sur l'intégration et l'identité-¨mosaïque" de la Martinique.

 

(voir aussi : http://www.mercuredefrance.fr/livre-Rue_des_Syriens-9782715232549-1-1-0-1.html)

Elsa OSORIO, La Capitana

 

Louise, 23 ans

 

Mika, Micaela Feldman de Etchebéhère (1902-1992) est née en Argentine et a vécu en Patagonie, à Berlin en 1933, en Espagne durant la guerre d'Espagne et puis en France. Vie passionnante d'une femme exceptionnelle retracée par une autre femme argentine, Elsa Osorio, à partir de  carnets et de rencontres. Ce n'est pas une biographie au sens strict -on entend l'auteur nous parler- ... c'est plutôt un roman historique.
J'ai beaucoup aimé.

 

(voir aussi : http://www.editions-metailie.com/fiche_livre.php?id_livre=1085)

Peter MAY, La Trilogie de Lewis

(1, L'île des chasseurs d'oiseaux - 2, L'homme de Lewis - 3, Le braconnier du lac perdu)

 

Jean, 58 ans


Peter May, raconte le retour de son enquêteur, Fin McLeod ,dans son île de Lewis, petite île des Hébrides.
Dans chaque volume, une intrigue policière.  Ce qui prime, c'est le parcours de Fin et la description de la vie dans ces îles perdues.
On sent le vent, le froid. On voit la mer déchainée. On entend le gaélique. On n'a qu'une envie, ...partir en Ecosse avec un gros pull et un ciré.
Je suis fan.  Dommage que ce ne soit qu'une trilogie.... Je vais me mettre à lire sa série Chinoise.

 

(voir aussi : http://www.ur-web.net/PeterMayFrancais/ecossaise.html)

Anselm GRÜN, Les huit secrets du bonheur

Claire, 56 ans

L’auteur, Anselm Grün, né en 1945 est moine bénédictin. Il est docteur en théologie,
conseiller spirituel, il anime des séminaires et des retraites. Il donne des cours et est l’auteur
de nombreux ouvrages.

J’ai découvert l’auteur de ce livre, il y a environ 4 ans, en parcourant le magazine Psychologie. Dans la liste des articles, mon attention a été attirée par la phrase « Dieu est en nous », cet article parlait des livres d’Anselm Grün. La semaine suivante j’achetais ce livre-ci. Comme tous, je souhaite trouver le bonheur et la paix intérieure. Je pratique le yoga et je m’intéresse aux philosophies orientales. Quand j’ai lu ce livre, j’ai réalisé à quel point, la tradition chrétienne ouvre, elle aussi, un chemin pour accéder au bonheur. Depuis, j’ai lu une dizaine de livres d’Anselm Grün qui relie le message de l’évangile et les découvertes les plus récentes de la psychologie contemporaine. J’y trouve de judicieux conseils pour progresser vers toujours plus de joie et de sérénité.

Metin ARDITI, Le Turquetto

 

Marie, 38 ans

 

Se pourrait-il qu'un tableau célèbre - dont la signature présente une anomalie chromatique - soit l'unique oeuvre qui nous reste d'un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne : un élève prodige de Titien, que lui-même appelait « le Turquetto » (le petit Turc) ? Metin Arditi s'est intéressé à ce personnage. Né de parents juifs en terre musulmane (à Constantinople, aux environs de 1519), ce fils d'un employé du marché aux esclaves s'exile très jeune à Venise pour y parfaire et pratiquer son art. Sous une identité d'emprunt, il fréquente les ateliers de Titien avant de faire carrière et de donner aux congrégations de Venise une oeuvre admirable nourrie de tradition biblique, de calligraphie ottomane et d'art sacré byzantin. Il est au sommet de sa gloire lorsqu'une liaison le dévoile et l'amène à comparaître devant les tribunaux de Venise... Metin Arditi dépeint à plaisir le foisonnement du Grand Bazar de Constantinople, les révoltes du jeune garçon avide de dessin et d'images, son soudain départ... Puis le lecteur retrouve le Turquetto à l'âge mûr, marié et reconnu, artiste pris dans les subtilités des rivalités vénitiennes, en cette faste période de la Renaissance où s'accomplissent son ascension puis sa chute. Rythmé, coloré, tout en tableaux miniature, le livre de Metin Arditi convoque les thèmes de la filiation, des rapports de l'art avec le pouvoir, et de la synthèse des influences religieuses qui est la marque particulière du Turquetto.

 

Superbe livre à dévorer!

Anne PERRY, Défense et trahison

André, 45 ans

Après Agatha Christie, P.D. James et quelques autres « reines du crime » anglaise, voici Anne Perry, qui situe l’intrique de ses ouvrages à l’époque victorienne (1837-1902). Et l’ensemble de ces romans, qui vont bien au-delà du genre « polar », dessinent une fresque affûtée, balzacienne, de ce brillant XIX° siècle, apogée de l’Empire britannique. Défilent ainsi les intriguent politiques et financières, les ambitions colonialistes, les rivalités économiques, le rude clivage des classes en Angleterre où tous les postes à responsabilités sont occupées par des membres de la « gentry ».

Dans « Défense et trahison », un membre de cette gentry, un général considéré comme « héros national » vient d’être assassiné. Son épouse, vers qui convergent les soupçons de la police, avoue être coupable. Mais le mobile qu’elle invoque – une liaison de son mari avec une maîtresse du même milieu – s’avère très vite improbable, dénué de fondements. Alors, pourquoi ce crime, lequel entraîne en principe la peine de mort par pendaison ? Pour protéger un être cher ? Mais lequel ? Pour éviter un scandale qui éclabousserait toute la famille ? L’accusée se tait, obstinément. Un avocat de renom, un détective privé et une infirmière qui, lors de la récente guerre de Crimée (1855), a soigné les blessés aux côtés de l’héroïque infirmière Florence Nightingale, s’associent pour mener une enquête. Et les méandres de celle-ci, qui se heurte à maint préjugé, maint silence et bien des obstacles, vont mettre en relief le statut inférieur de la femme dans la société patriarcale de l’époque : elle ne dispose d’aucun recours légal contre votre époux, n’a aucun droit sur ses enfants, lesquels sont placés sous la tutelle exclusive de leur père, etc.

Les 150 dernières pages du livre décrivent, par étapes, le procès de la présumée meurtrière.
Un procès sensationnel, riche en révélations bouleversantes, au terme duquel la vérité –
l’horrible vérité – éclate à la face (..)

Un chef d’œuvre du genre

Barbara CONSTANTINE, A Mélie, sans Mélo

Pascale, 47 ans

Il y a des romans dans lesquels vous entrez détendus, sereins et dont vous ressortez avec des cheveux en pétard et de la fumée qui sort des oreilles..
Mélie, 72 printemps, veuve de Fernand. Mais ce n’est pas trop grave. Elle vit à la campagne.
En ce début d’été, elle devrait se morfondre d’inquiétude, devant les résultats de ses analyses, qui ne sont pas très bons. Mais non, avec Clara, Mélie va vivre un été intense. Parce que c’est peut-être le dernier. Et peut-être pas. Les personnages rentrent par la fenêtre et vivent, bougent et se cognent, pètent et se brûlent, s’aiment et se quittent, rêvent et découvrent. Grands, petits, beaux ou moches, tous ont ce petit grain de folie et cette façon bien à eux de laisser couler la vie, sans jamais lui faire barrage.

 

Un roman qui se déguste comme un bon dessert, sucré, ça oui mais bourré de fantaisie, et qui ne vous donne qu’une envie toute simple : vivre.

Bertrand LECLAIR, Malentendus

Danièle, 57 ans


Très beau titre pour ce roman sur le parcours d'un père de sourd, ou comment la surdité d'un enfant modifie tout.
C'est une découverte. Ce qui m'a intéressé par dessus tout c'est le contexte historique des sourds durant le 20ème siècle.  Je n'imaginais pas que dans le monde des sourds, le langage des signes n'était pas une évidence mais était combattu avec violence par la méthode orale (par des exercices orthophoniques et des prothèses douloureuses).

 

(voir aussi : http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/malentendus)

Silvia AVALLONE, D'acier

 

Pascal, 43 ans

 

Il y a la Méditerranée, la lumière, l'île d'Elbe au loin. Mais ce n'est pas un lieu de vacances. C'est une terre sur laquelle ont poussé brutalement les usines et les barres de béton. Depuis les balcons uniformes, on a vue sur la mer, sur les jeux des enfants qui ont fait de la plage leur cour de récréation. La plage, une scène idéale pour la jeunesse de Piombino. Entre drague et petites combines, les garçons se rêvent en chefs de bandes, les filles en starlettes de la télévision. De quoi oublier les conditions de travail à l'aciérie, les mères accablées, les pères démissionnaires, le délitement environnant... Anna et Francesca, bientôt quatorze ans, sont les souveraines de ce royaume cabossé. Ensemble, elles jouent de leur éclatante beauté, rêvent d'évasion et parient sur une amitié inconditionnelle pour s'emparer de l'avenir.


Ce roman est une tranche de vie, difficile donc à résumer mais que l'on ne peut qu'explorer et savourer.

Marguerite DURAS, L'Amant de Chine du Nord

 

Philippe, 55 ans

 

Roman d'initiation amoureuse. Pour moi, un des plus beaux livres par l'écriture, la poésie.
Livre écrit par Marguerite Duras après le film et après la mort de cet amant pour corriger son premier livre et ce film.
J'adore.

 

(voir aussi : http://de-page-en-page.over-blog.com/article-10594288.html)

Vladimir BARTOL, Alamut

Louise, 23 ans

Nouvelle traduction d'un magnifique roman, écrit en 1938 par un Slovène pour mettre en garde contre les tyrannies de droite comme de gauche en prenant comme exemple la tyrannie de Dieu. Ce livre est à la portée de tous et c'est une très belle histoire.

 

(voir aussi : http://www.lexpress.fr/culture/livre/alamut_1183787.html)

Coordonnées :

 

Grand'rue 40a

 

6940 Barvaux-s/O

 

Tél : 086/21.98.75

 

Email

Plan d'accès